Pompe à chaleur Info

La pompe à chaleur (PAC) constitue une bonne alternative au chauffage électrique. Mais, vu qu’il en existe différentes formes, il est primordial de trouver un modèle qui répond à vos besoins. Découvrez dans cet article d’excellents conseils pour choisir une pompe à chaleur.

Les divers types de pompe à chaleur

Les pompes à chaleur sont des dispositifs destinés au chauffage. Ils sont de plus en plus prisés à cause du confort thermique qu’ils assurent et de leur faible taux de consommation d’énergie. De plus, ils permettent de préserver l’environnement. On peut répartir les pompes à chaleur en trois grandes catégories : les PAC à sol, à air et à eau. La différence entre elles se trouve au niveau de leur source de chaleur.

En fonction du type de pompe choisi, la chaleur peut être diffusée de façon liquide ou non, grâce à des radiateurs ou à des planchers. Certaines sont reliées à des diffuseurs ou des ventilo-convecteurs. En effet, les PAC à sols sont géothermiques. Elles fonctionnent grâce à des dispositifs qui sont enterrés. Celles à air sont aérothermiques. Elles ont la capacité de réchauffer toute votre habitation et peuvent s’adapter aux conditions météorologiques. Leurs capteurs se placent sans grandes difficultés et ne nécessitent pas d’autorisations préalables.

En ce qui concerne les PAC à eau, elles sont hydrothermiques. Leur utilisation nécessite un cours d’eau proche de votre demeure ou une nappe phréatique en bon état. Elles sont très recommandées parce qu’elles donnent un meilleur rendement. Cela est dû à la température de la nappe phréatique qui ne varie pas. Il faut notifier que certaines pompes à chaleur peuvent être utilisées comme des climatiseurs au cours des saisons chaudes. Le choix de votre pompe à chaleur doit être influencé par plusieurs critères. Entre autres, il faut tenir compte du mode d’installation, de la puissance de l’appareil, de sa performance et de vos moyens.

Comment choisir une pompe à chaleur ?

Examiner le mode d’installation

Il faut que la pompe à choisir soit pratique et facile à installer dans la maison. D’abord, les PAC à air peuvent être utilisées dans les maisons neuves comme les anciennes (les travaux de rénovation). De même, vous pouvez décider d’en faire un chauffage principal ou secondaire. Si vous habitez dans une ancienne habitation et que vous utilisez déjà un système de chauffage, il faut privilégier cette méthode. Leur installation ne nécessite pas assez de temps et de protocole, car elles fonctionnent grâce à des capteurs.

Ensuite, les PAC à eau sont conseillées pour les systèmes de chauffage qui ne sont pas anciens et qui sont placés au sol. Vous pouvez les privilégier quand vous entamez les grandes rénovations. Leur mise en place requiert des moyens conséquents. En plus, il faut avoir assez d’espace pour les capteurs. Enfin, les PAC à sol peuvent être associées à d’autres chauffages. Aussi, vous pouvez les installer dans n’importe quel type d’habitat.

Regarder la puissance

Pour savoir la puissance qui correspond à votre domicile, vous devez solliciter les services d’un professionnel. Il prendra en compte la surface totale et l’isolation de la maison pour déterminer la puissance idéale. Selon le type de la maison, il tiendra aussi compte de la déperdition thermique. Cette procédure, encore connue sous le nom de dimensionnement, est très importante. Si vous optez pour un appareil surdimensionné, vous serez obligé de dépenser beaucoup plus, parce que plus la puissance est grande et plus le prix est élevé.

En outre, cela pourrait occasionner des problèmes dans le fonctionnement. Il s’agit surtout des cycles d’arrêt/marche qui entraînent une haute consommation d’énergie. Parfois, ce dysfonctionnement est à la base de la détérioration de la pompe. Lorsque vous optez pour un système sous-dimensionné, vous n’avez pas un bon rendement.

Comment choisir une pompe à chaleur ?

Votre maison ne sera pas bien chauffée et vous aurez besoin d’un système d’appoint. Il existe des pompes qui peuvent avoir des options complémentaires. À titre d’exemple, la technologie Inventer permet de surveiller la température de chaleur que fournit la pompe. Ce sont elles qu’il faut privilégier.

Tenir compte de la performance

La performance d’une pompe à chaleur peut se mesurer en fonction du coefficient de performance (COP). C’est d’ailleurs le critère le plus employé pour ce type d’opération. Il consiste à établir un rapport entre l’énergie produite par le dispositif et la quantité d’électricité utilisée pour la production. En d’autres termes, le COP dont le résultat donne 6 signifierait que la pompe emploie 2 kWh d’électricité pour produire 6 kWh. Le rendement est bon lorsque le kWh produit par l’appareil est élevé.

Cela vous permet d’effectuer beaucoup d’économies. Si vous souhaitez avoir recours à des aides lors de l’achat de votre pompe, sachez que le COP est un critère déterminant. Il faut notifier que le calcul s’effectue en prenant en compte la température nominale de l’extérieur. Ce qui voudra dire que si le calcul est fait au cours d’une saison chaude, vous n’aurez pas les vraies performances de la pompe.

Le coefficient qui est utile au cours de toutes les saisons est le COPA. Aussi, les coefficients de performances s’utilisent pour comparer uniquement les mêmes catégories de PAC. Quand il s’agit des pompes réversibles, vous devez calculer la performance avec CEE. Il faut privilégier les pompes dont les rendements sont supérieurs à 3, mais lorsque vous utilisez la climatisation, elles consommeront plus.

Solliciter des subventions au besoin

Le budget pour l’achat d’une pompe à chaleur dépend des ressources dont vous disposez. Car leur prix varie en fonction des caractéristiques de chaque marque. Il existe des financements très attractifs auxquels vous pourrez avoir recours lors de l’acquisition de votre pompe à chaleur. Ces fonds prennent en compte aussi bien l’achat que l’installation du dispositif. Toutefois, pour en bénéficier, vous devez faire appel à un professionnel ayant une certification.

Depuis quelques années, l’État offre à ceux qui n’en ont pas les moyens, une subvention de près de 30 % du montant total. Cela s’octroie comme un crédit d’impôt. Il est possible de faire recours à un éco-prêt dédié aux projets de rénovation énergétique. Vous ne payerez pas d’intérêt, car cela sera pris en charge par l’État. L’Anah et les aides locales peuvent également alléger vos investissements dans le domaine.